L'inimitié, un mur qui sépare...

Car Christ est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions... (Éphésiens 2, 14-15)

Jadis éloignés, maintenant rapprochés

Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été  rapprochés par le sang de Christ. (Éphésiens 2, 13)
Les peuples païens n'avaient aucune part aux privilèges que les commandements de Dieu conféraient à Israël ; ils étaient « étrangers » et « éloignés » de l’alliance que Dieu conclut avec son peuple. Comparé aux nations païennes, le peuple d’Israël se trouvait, grâce à cette alliance, très « près » de la promesse de Dieu qui aura son accomplissement en Christ. (Galates 3, 14)

Sans espérance, sans Dieu

C'est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu'on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. (Éphésiens 2, 11-12)
Syndiquer le contenu