Vainqueurs

Prenez garde de ne pas refuser d’écouter celui qui parle. Si ceux, en effet, qui ont refusé d’écouter celui qui promulguait des oracles sur cette terre n’ont pas échappé au châtiment, à combien plus forte raison n’y échapperons-nous pas, si nous nous détournerons de Celui qui parle des cieux (Hébreux 12,25).
L’apôtre clôt les exhortations de ce chapitre par cet avertissement : « Prenez garde de ne pas refuser d’écouter celui qui parle des cieux » - c'est-à-dire le fils de Dieu. On trouve, en effet ce refus d’écouter même parmi ceux qui ont commencé à recevoir et à accepter l'invitation pour le royaume de Dieu. Ce refus peut avoir comme conséquence terrible le renoncement à la nouvelle vie et à ne pas persévérer jusqu'à la fin.

La voix du Seigneur « qui parle des cieux » est bien plus puissante et pénétrante que la voix qui au Sinaï (Exode 19,16-19) fit trembler violemment la montagne. Car la voix du Sinaï ne secouait et terrorisait les sens physiques des personnes que momentanément. Son effet disparu si rapidement que quarante jours plus tard le peuple fît un veau d'or et restait incroyant et désobéissants à la voix du Seigneur. Car si la Loi peut amener l’homme à un repentir tel qu'il va essayer d'améliorer son « vieil homme » par sa force naturelle, elle ne peut pas, cependant, changer le cœur de l’homme.

C’est la voix du Seigneur « qui parle des cieux » au moyen de l’Évangile qui met en mouvement les cieux et la terre, les bons et mauvais mondes des esprits. Toutes les puissances sont secouées et les recoins les plus secrets du cœur de l’homme mis à nu. Nul ne peut rester neutre ou indifférent : l’homme doit prendre position pour ou contre Christ. Celui qui ne se converti pas s’endurcira et celui qui ne devient pas un vrai disciple du Christ deviendra son persécuteur, un anti-Christ. « Depuis les jours de Jean-Baptiste jusqu’à présent le royaume des cieux souffre violence, et des violents s’en emparent » (Matthieu 11,12). En effet, le royaume des cieux est doublement attaqué : Par ceux qui cherchent à le gagner, et par ceux qui cherchent à le détruire. Mais c'est le Seigneur qui fait trembler les cieux et la terre. Il les secoue aussi longtemps que l’Évangile demeure accessible tant que la patience de Dieu maintient le « aujourd'hui » de sa grâce. A travers les violences que souffre le royaume de Dieu, il prend forme dans le cœur du croyant. Et c’est au-dedans des croyants qu’il doit s’affermir et donner la preuve qu’il demeure ferme, immuable, invariable et inébranlable nonobstant tous les défis et tentations de Satan (Matthieu 16,18).

Dieu a préparé son royaume éternel pour les vainqueurs et pour les y couronner. Tout ce qui est mouvant et changeable doit disparaître de sorte que seul demeure le royaume inébranlable de Dieu. C’est pourquoi, de même que nous avons commencé à suivre Christ et reçu l’onction de la grâce de Dieu, demeurons aussi ferme dans cette grâce jusqu’à la fin de notre combat sur terre ; car le diable répètera ses attaques et ses tentations aussi longtemps qu'il en a l'occasion.