Réunir toutes choses en Christ

Pour le mettre à exécution [son dessein] lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. (Ephésiens 1, 10)
Dieu n'a ni commencement ni fin. Avant d'avoir créé les cieux et la terre avec tout ce qu'ils renferment, et instauré le temps, il précède omniprésent toutes choses. Aussi est-ce selon son dessein parfait que l'histoire de l'humanité trouvera, à la fin des temps, son accomplissement en Christ. Tout sera alors réalisé, restauré et réuni en Christ selon le plan éternel de Dieu le Père. Le ministère exercé par l'Esprit Saint sera achevé et l'univers tout entier ramené sous le gouvernement du Fils de Dieu. Christ est la clef de voûte de la création qui en intègre et l'origine et le terme. C'est par sa puissance que tout existe et se maintient.
Abraham et tous les fidèles de l'ancienne Alliance qui avaient espéré en Christ et à la foi desquels il a été rendu témoignage seront alors réunis avec les saints et fidèles issus de la nouvelle Alliance. Ils partageront avec Christ la gloire de Dieu au service d'une économie nouvelle et universelle, hors des temps, où seule importera la communion mutuelle sous l'égide de Christ dans un même Esprit de foi, d'espérance et d'amour. Les différences terrestres actuelles entre petits et grands, pauvres et riches, auront alors disparu.
Selon le dessein éternel de Dieu, la nouvelle Alliance comporte trois économies différentes : une première pour le temps présent, une seconde et une troisième pour les temps à venir.
La première économie est celle du règne de l'Esprit Saint qui a débuté le jour de la Pentecôte pour mener à bien l’œuvre commencée par le ministère de la Loi. (2 Corinthiens 3, 6-7) D’une part, il a pour mission d’établir la responsabilité du monde en fait de péché, de justice et de jugement et, d’autre part, de conduire les croyants dans toute la vérité en développant en eux la foi, l'espérance et l'amour.
La seconde économie est celle du règne du Fils de Dieu. Cette administration débutera avec le retour de Jésus-Christ pour gouverner le monde pendant mille ans. Sous la houlette de Christ, de son épouse et des autres saints, les nations de la terre bénéficieront alors d'une paix et d'une prospérité jamais connue.
Il sera le juge des nations, l'arbitre d'un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : Une nation ne tirera plus l'épée contre une autre, et l'on apprendra plus la guerre. (Esaïe 2, 4)
La troisième économie est celle du règne de l’Eternel Dieu qui débutera à la fin des temps. Elle remplacera les précédentes dispositions par « un nouveau ciel et une nouvelle terre ». (Apocalypse 21, 1) Ainsi, lorsque toutes les principautés, toutes les dominations et toutes les puissances de ce monde se seront autodétruites, Christ réunira en lui ce qui est au ciel et ce qui est sur la terre, l'humanité et le cosmos, et remettra tout sous le règne de son Père.
Aujourd'hui, nous vivons encore sous la première économie tout en attendant, comme les générations qui nous ont précédées, l'avènement du règne du Fils de Dieu. Cette attente éprouve naturellement notre foi. Car malgré la venue de l'Esprit Saint, nous constatons que les puissances des ténèbres sont toujours aussi actives pour tenir les hommes assujettis au péché et à la mort. Mais à quelque chose malheur est bon : Nous devenons plus sensibles aux injonctions de l'Esprit Saint et le laissons plus facilement nous conduire et nous former. Et puis nous savons que les puissances des ténèbres ne prévalent point aussi longtemps que nous laissons l'Esprit Saint régner en nous.
Et pourquoi ne peuvent-elles pas vaincre ? Parce que les enfants de Dieu ont pour leitmotiv : d'abord les souffrances, ensuite la gloire ! Leur unique désir est de suivre le maître partout où il va pour être rachetés de la terre et d'entre les hommes comme des prémices pour Dieu et l'Agneau. (Apocalypse 14, 3-4) Ils apprennent à regarder comme un sujet de joie complète les diverses épreuves, afflictions et tribulations qui les assaillent dans ce monde. Car ce sont ces moyens qui les transforment en l'image de Christ, de gloire en gloire.
Ton peuple est plein d'ardeur, quand tu rassembles ton armée ; avec des ornements sacrés, du sein de l'aurore ta jeunesse vient à toi comme une rosée. (Psaume 110, 3)
Ce qui sur terre est visible de ce peuple ardent et zélé n'est qu'une petite partie des membres du corps de Christ. Pour percevoir son corps avec tous ses membres unis et maintenus par le lien de la perfection qu'est la charité (Colossiens 3, 14), il faut que l'Esprit nous le fasse entrevoir. Ce n'est qu'à la fin des temps, quand ce qui est au ciel et ce qui est sur la terre seront réunis en Christ que son corps se révélera dans toute sa splendeur. En attendant cet avènement, la communion des saints restera en partie au ciel et en partie sur cette terre où tous ceux qui ont l'espérance de la gloire à venir « se purifient comme lui-même est pur ». (1 Jean 3, 3)
Sous l'ancienne Alliance, les croyants étaient justifiés par «l'espérance» en le Messie à venir ; sous la nouvelle Alliance, les croyants sont justifiés par «la foi» que Jésus est le Christ - le Messie. Il ne s’agit pas de cette foi rationnelle en un Christ historique, mais de cette foi qui confesse que Jésus Christ est venu (et vient encore) habiter dans « la chair ». Dès qu'un croyant peut confesser que Jésus-Christ est venu vivre dans son coeur, nous savons que son esprit est de Dieu. C'est par là que se différencient les esprits de Christ et de l'Antéchrist. (1 Jean 4, 2-4) Et cette différence se constate facilement en observant l'affection que les uns et les autres portent aux choses de ce monde. Car :
L'affection de la chair, c'est la mort ; tandis que l'affection de l'Esprit, c'est la vie et la paix. (Romains 8, 5-6)
Ceux qui ne se sont jamais convertis de l'erreur à considérer comme bon tout ce que le monde approuve comme bon ne peuvent que jalouser les fruits de l'Esprit qui abondent chez les enfants de Dieu qui manifestent la vie de Christ dans leur corps mortel. Car eux s'affectionnent aux choses d'en haut : à la justice, la paix et la joie ; ils possèdent l'espérance vivante de la gloire à venir.