Nous sommes transformés

Et nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme en un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en cette même image, allant de gloire en gloire, comme de par le Seigneur, qui est l'Esprit. (2 Corinthiens 3, 18)
Et nous tous qui… Sommes-nous réellement tous préoccupés à être transformés en l'image du Seigneur de gloire en gloire ? En cette gloire qu’il a manifestée sur terre à travers sa vie incorruptible, irréprochable et vertueuse ? Ou bien sommes-nous de ceux qui se contentent des notions élémentaires de l’Evangile telles que la foi en Dieu, le pardon des péchés, les baptêmes, les dons spirituels, le jugement éternel ? Est-ce que notre vie de foi se résume à chanter dans les réunions (peut-être jamais à la maison ?) la grandeur, l’amour et la toute-puissance de Dieu, et à remercier le Seigneur Jésus d'être mort comme « bouc émissaire » pour le pardon de nos péchés ?
Pourtant « nous tous », nous sommes exhortés à ne pas nous attarder aux notions élémentaires du message chrétien mais d’aborder des vérités plus profondes correspondant au stade adulte d’un disciple de Christ. (Hébreux 6, 1-3) Contempler la gloire du Seigneur le visage découvert, c'est montrer un vif intérêt à comprendre comment Jésus Christ sauve les hommes, comment il les affranchit du péché pour qu'ils puissent le suivre et vivre en se comportant comme lui dans la vie quotidienne. Aller de gloire en gloire, comme de par le Seigneur, commence par accepter son invitation :
Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. (Matthieu 11, 29)
Vous trouverez… Il y a dans ce monde beaucoup d’agitations, des craintes du lendemain, une appréhension de l'avenir et une anxiété devant la mort. Même ceux qui se disent croyants ne tiennent pas toujours leur âme en paix et en silence comme un petit enfant contre sa mère. (Psaumes 131, 2) Il suffit d’écouter leurs conversations pour comprendre combien ils sont affectés par les mauvaises nouvelles dont les médias inondent le monde, et inquiètes dès qu’il s’agit de revers dans leur vie comme : maladies, accidents, chômage, pertes d’argents… Ils donnent alors l’impression n’avoir jamais entendu parler de cette école de Christ.
Ou alors ils étaient distraits lorsqu’il y était question comment on peut apprendre à être doux et humble dans la vie et trouver soulagement pour l’âme. Quand on n’apprend pas à mettre sa confiance en Dieu et rester tranquille on cherche la cause des mésaventures chez les autres, le proche entourage, les patrons, le gouvernement. Chacun s’estime plus intelligent que l’autre. Au lieu de garder le silence, on manifeste son mécontentement par des grèves et des révoltes, on vient aux mains et se conduit comme des diables. Pour aider tout ce monde à trouver une guérison à leurs maux et la sérénité dans les épreuves, l'apôtre Paul exhorte: 
Qu’on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâces pour tous les hommes, pour les rois et tous les dépositaires de l’autorité, afin que nous puissions mener une vie calme et paisible en toute piété et dignité. (1 Timothée 2, 1-2)
Ceux qui habituellement contredisent cherchent à démontrer à quel point ils sont sages... mais ils ne sont sages qu’à leurs propres yeux. Avoir des opinions différentes est normal, ce qui n’est pas bon c’est d’argumenter et se disputer. Comme les discussions sont rarement utiles, il est préférable de garder le silence et laisser aux autres leur point de vue. Notre mission est d’annoncer les vertus du Christ et non pas nous disputer sur n’importe quoi. Mieux vaut alors trouver quelques mots - de préférence de la Parole de Dieu - qui rassurent ou convainquent l'adversaire. Il est édifiant de voir comment Jésus se comporta lorsque :
Les scribes et les Pharisiens amènent une femme surprise en adultère et, la plaçant au milieu, ils disent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a prescrit de lapider ces femmes-là. Toi donc, que dis-tu ? (Jean 8, 3-5)
Au lieu de répondre immédiatement aux scribes et aux pharisiens, Jésus garde le silence se baisse et se met à écrire par terre avec son doigt. Qu'a-t-il bien pu écrire ? Peut-être : où est l'homme adultère ? Ce qui est certain, c'est que Jésus a pris le temps nécessaire pour résoudre ce problème de la meilleure façon possible et que les accusateurs ont lâché prise. Voilà un exemple pour régler chrétiennement les désaccords et les différends : attendre de connaître la voix du ciel avant d'intervenir pour régler les problèmes.
Ce qui est précieux devant Dieu c’est le charme impérissable d’un esprit doux et paisible. Cet ornement intérieur est d'autant plus précieux que bien des hommes et des femmes ne cessent de murmurer, de râler et de protester à tout moment. Ce que l’apôtre Pierre recommande aux femmes est naturellement aussi bénéfique aux homes :
Que votre parure ne soit pas extérieure, faite de cheveux tressés, de cercles d'or et de toilettes bien ajustées, mais à l'intérieur de votre cœur dans l'incorruptibilité d'une âme douce et calme : voilà ce qui est précieux devant Dieu. (1 Pierre 3, 3-4)
Ce n’est pas parce que l’habit ne fait pas le moine, que les saints et fidèles doivent s’habiller en imitant le monde incrédule. Un esprit doux et paisible est particulièrement utile dans les foyers, notamment lorsqu’il y a des désaccords entre les époux. Les femmes intelligentes estime habituellement que les maris sont trop bornés pour comprendre et résoudre les affaires, et elles les sermonnent. Dommage qu’elles ne s’intéressent pas davantage à l'humilité et la douceur, sinon elles restaient silencieuses. Quand les femmes ont un esprit doux et paisible elles contrebalancent les hommes qui ont aussi un faible pour discuter et contredire.
Que les femmes ont l’habitude de sermonner leurs maris tout au long de leur vie n’est pas une nouveauté. Sinon, l’apôtre Pierre (qui fut marié lui aussi) n’aurait pas, en connaissance de cause, conseillé toutes les femmes mariées :
Soyez soumises à vos maris, afin que, même si quelques-uns refusent de croire à la Parole, ils soient, sans parole, gagnés par la conduite de leurs femmes, en considérant votre vie chaste et pleine de respect. (1 Pierre 3, 1-2)
C’est parce que les femmes ne sont pas toujours aussi douces qu'elles en ont l’air, qu’elles ont besoin d’être exhorter à ne pas sermonner leurs maris incroyants mais à rester silencieuses. Ne rien dire, mais bien faire, faire beaucoup de bien. Lorsque cette exhortation « sans parole » est pris à cœur et pratiqué, les maris seront gagnés : ils deviendront croyants. Si une femme souhaite, comme elle l’affirme publiquement, que son mari se convertisse, elle resterait silencieuse, paisible et ne s’occuperait que de lui faire du bien.
N’importe quel mari se demandera alors : comment se fait-il que ma femme soit tout d’un coup si soumise, chaste et plein de respect ? Et sa curiosité le poussera aller voir où sa femme a appris à mettre en pratique la parole de Dieu et pourquoi il peut voir en elle comme en un miroir la gloire du Seigneur.
Lorsque les femmes ne comprennent pas cela ou négligent leur vocation, leurs hommes préfèrent sortir prendre l'air plutôt que d’entendre des reproches.