Ne soyez pas inconsidérés

Ne vous montrez donc pas inconsidérés, mais sachez voir quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin : on n'y trouve que libertinage ; mais cherchez dans l'Esprit votre plénitude. Récitez entre vous des psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés ; chantez et célébrez le Seigneur de tout votre cœur. En tout temps et à tout propos, rendez grâces à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ. Soyez soumis les uns aux autres dans la crainte du Christ. (Éphésiens 5, 17-21)
Les hommes remplis de l'Esprit ne sont pas seulement justes, paisibles et heureux, ils aiment aussi tous les gens, amis et ennemis, en esprit et en vérité. Lorsqu'ils sont ensemble, ils ne se divertissent pas avec des choses inutiles et vaines, mais : (1) s'encouragent avec des psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés; (2) chantent et célèbrent le Seigneur de tout cœur; (3) rendent grâce à Dieu le Père à tout propos; (4) sont soumis les uns aux autres dans la crainte du Christ.
L’homme peut faire beaucoup de choses, mais lorsqu'il s'agit de se soumettre, il est comme perdu. Si se soumettre à Dieu n’est en fait pas trop difficile, se soumettre les uns aux autres, s’avère être une des choses la plus difficile pour les humains. Car se soumettre implique que l'on s'humilie, met de côté ses ambitions, et laisse l'Esprit Saint remplir son cœur. C’est pourquoi il est dit : « cherchez dans l'Esprit votre plénitude ». Car lorsque le Saint-Esprit remplit un cœur de l'amour de Dieu, il le rend souple comme un fil.
Toutefois, celui qui cherche dans l’Esprit sa plénitude, l'amour de Dieu, dans le but de suivre Jésus comme un disciple, il doit, pour s’engager sincèrement, avoir faim et soif et ne plus se soucier de rien d'autre. Devenir un disciple de Jésus, implique le renoncement à soi-même et à tout ce que l'on possède. Jésus montre clairement ce qu'il attend de ses disciples :
Si quelqu'un vient à moi sans haïr son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et jusqu'à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. (Luc 14, 26)
Ces paroles sont décisives, vraies et parfaites. Se haïr soi-même et les autres signifie : quelle que soient les pensées et les jugements de l’entourage, je suivrai Jésus Christ sans me soucier de leurs objections. Je suivrai Christ quoi qu’il puisse advenir. Certes, il n'est pas toujours facile de prendre une telle décision, surtout pour ceux qui sont mariés et dont l'un des conjoints menace de divorcer. Pour tenir ferme, on a alors besoin de l'aide d'en haut, de la plénitude de l'Esprit. Rechercher cette aide c’est mettre en pratique ce que Christ dit :
Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; et à qui frappe on ouvrira. (Luc 11, 9-10).
Beaucoup vivent malheureusement sans la plénitude et la puissance de l'Esprit Saint. Pourquoi ? Parce qu'ils ne se soucient pas de remplir les conditions pour l’obtenir. Lorsqu’ils prient, ils le font par tradition, avec des mots inconsistants, sans détresse et sans exaltation. Certes, Dieu entend toutes les prières, mais comme il regarde aussi le cœur (qu’il lit comme un livre ouvert), il n'exhausse que celles qui viennent d'un cœur affamé d’Esprit et de vérité. On peut tromper les hommes mais jamais Dieu. Celui qui a vraiment faim et soif de justice et d'humilité, pour vivre dans les vertus du Christ, Dieu ne peut faire autrement que de remplir son âme affamée avec son esprit.
Je ne veux savoir de vous qu'une chose : est-ce pour avoir pratiqué la Loi que vous avez reçu l'Esprit, ou pour avoir cru à la prédication ? (Galates 3, 2)
Il est illusoire de croire que l'on peut obtenir une plénitude de l’Esprit, de l'esprit d'amour, en faisant ses devoirs, faire ce qu'il faut faire, ce que la loi exhorte ou demande de faire. Dieu est amour, il n'exige jamais mais invite, par contre, les hommes à croire sa parole pour pouvoir les aider et les rendre heureux. Et son aide, il l’accorde au moyen de la prédication de la foi. Non pas à travers les prêches de n’importe quel prédicateur et esprit, mais par la prédication de ceux qui vivent selon sa parole divine, ceux qui ont foi en toute la Parole de Dieu, en toute la vérité, et non seulement en quelques passages isolés de la Bible.
Certes, une telle foi peut conduire à des situations difficiles à maîtriser. Ce qui facilite de les surmonter, c'est d'être honnête, de confesser ses péchés et impaires et de réparer, si possible, tout le mal que l'on a fait. Ainsi le cœur sera purifié par l'obéissance de la foi. Nous recevons le pardon de nos fautes et, lors du baptême en la mort de Christ, nous ressuscitons avec lui à une vie nouvelle. (cf. Colossiens 2, 12-13)
Tous les hommes peuvent prier Dieu. Et beaucoup ont recours à la prière lorsqu'ils ont des ennuis et recherchent de l'aide, de la nourriture, de l'argent et, quelquefois, la rémission de leurs péchés. Souvent il y a des miracles : les gens sont secourus et libérés de leurs angoisses... pourtant, la plupart oublient vite la bonté et la miséricorde de Dieu, peu seulement essaient ensuite à vivre aussi pieusement qu'ils peuvent.
Nous avons en Dieu cette assurance que, si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute en tout ce que nous lui demandons, nous savons que nous possédons ce que nous lui avons demandé. (1 Jean 5, 14-15)
Si nous demandons quelque chose selon la volonté de Dieu, et non selon nos convoitises humaines, nous l’obtenons. Tout ce qui est bon provient de Dieu qui donne et donne sans récriminations. C’est pourquoi, si nous cherchons dans l'Esprit notre plénitude de foi, d’espérance, de patience, d'amour et de force pour aider ceux qui sont dans les besoins, nos prières seront exhaussées parce qu’elles sont en accord avec la volonté de Dieu. Mais lorsque les prières ne concernent que des choses terrestres (mariages, prospérité, constructions, argent, plaisir, etc.), il est plus que douteux que les demandes correspondent à la volonté de Dieu.
Celui qui cherche la plénitude de l'Esprit en se contentant d’une prière rituel : Seigneur, baptise-moi, s’il te plait du Saint-Esprit... se montre inconsidéré, sa prière est en vain. Pourquoi ? Parce que :
Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent le Royaume des Cieux souffre violence, et des violents s’en emparent. (Matthieu 11, 12)
Quand manque la violence et la détresse que produisent la faim et la soif, les conditions ne sont pas remplies pour accéder à la plénitude de l’Esprit. Sans avoir faim et soif on ne peut pas non plus combattre le bon combat de la foi ni résister fermement au monde et aux choses qui sont dans ce monde pour suivre Jésus dans ses traces.
Faim et soif agissent ensemble. Qui a faim, cherche, qui est rassasié, dort. Ce qui appartient au Royaume de Cieux ne nous échoit que si nous le recherchons comme cette veuve qui réclama justice contre son adversaire. (cf. Luc 18, 3-7) Sa détresse la poussa à chercher de l’aide même auprès d’un juge injuste, et, pour arriver à ses fins, elle l’importuna si longtemps qu'il finit par lui rendre justice. Les tribulations produisent la constance, la constance une vertu éprouvée, et la vertu éprouvée l’espérance.
Et l'espérance ne déçoit point, parce que l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné. (Romains 5, 5)
Et lorsque le cœur est rempli de l'amour de Dieu, il le répand aussi vers tous les hommes, qu'ils soient bons ou mauvais.