Morts par les offenses

Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.  (Éphésiens 2, 1-2)
Après avoir achevé la création du monde, Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, « cela était très bon » (Genèse 1,31). Oui, tout ce que Dieu avait créé était très bon. Les premiers humains étaient des êtres entièrement libres et n'assujettis ni au bien ni au mal. Ce n'est qu'après avoir accueillie la parole du diable que l’homme perdit sa liberté. En effet, la parole du diable est une semence si corruptible qu'elle engendre le péché et la mort en ceux qui la reçoivent et croient en elle.
En prêtant foi au mensonge du diable plutôt qu'à la vérité de Dieu, Adam et Eve apportèrent leur caution au royaume des ténèbres et de la mort. Ce faisant, ils commirent un geste aux conséquences incalculables : le premier péché. Adam devint ainsi « le premier-né » des fils du diable, « le premier mort d'entre les vivants ».
C’est pour avoir choisi délibérément le royaume des ténèbres et de la mort, que Adam et Eve furent expulsés du délicieux jardin d’Éden. Dorénavant «un abîme infranchissable» les séparait du créateur et privait l'humanité naissante de la source de vie et d'amour. Cette séparation entre Dieu et l'homme est appelée « la première mort ».
Car par le seul Adam le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. (Romains 5, 12)
Du fait que les premiers hommes tournèrent le dos à leur créateur le péché et la mort se sont étendus à tous leurs descendants enfermant l'humanité tout entière dans les ténèbres. C'est pourquoi, les hommes naissent toujours pécheurs et sont, par nature, des enfants du diable assujettis au mal. Héritant de cette « vie morte », les enfants naissent « dans le péché » sans avoir commis la moindre transgression. Et comme l'initiateur du péché, le diable, est également le père du mensonge, il est normal que ses enfants mentent aussi et que la Parole de Dieu affirme (Psaumes 116,11) : «Tout homme n'est que mensonge»
L'enfant laisse déjà voir par ses actions, si sa conduite sera pure et droite. (Proverbes 20, 11)
Les enfants ne pèchent pas en connaissance de cause, mais parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement. Ils sont par incapables d'agir différemment parce qu'ils sont sans exception des fruits provenant du même arbre : Adam. Et comme un mauvais arbre ne peut jamais porter de bons fruits, tous les enfants d'Adam sont des fruits tout aussi mauvais les uns que les autres. Ils vivent selon le train de ce monde et l'esprit du siècle présent cherchant à satisfaire leurs désirs et convoitises dans les plaisirs qu’ils peuvent trouver sur terre.
Personne ne peut se soustraire à ce phénomène de la transmission du péché. Ni les nations qui marchent dans l'obscurité sans pouvoir s'ouvrir à Dieu, ni les Juifs qui, pour avoir une certaine connaissance de Dieu, ont la tendance de se refermer sur eux-mêmes. C'est de tous ces hommes et femmes ignorants, ou inconscients, que l'apôtre Paul dit : « ils vivent dans les plaisirs et sont morts, quoique vivants ». (1 Timothée 5, 6) Et si personne n'arrête ces «morts-vivants» dans leur course insensée, le péché ne pourra que se développer en eux et finira par les détruire et les engloutir et dans cette mort éternelle qui est aussi appelée : « la seconde mort ».
Comme l'Esprit Saint et la connaissance de Dieu ne sont pas innées à l'homme naturel, l'humanité est dans l'incapacité d'accéder, par elle-même, à la communion avec Dieu. C'est pourquoi les hommes doivent entendre et recevoir la parole de Dieu pour pouvoir croire et comprendre qu'ils se trouvent dans des ténèbres où règne la loi du péché et de la mort. En l’absence du Saint-Esprit qui procure la vraie connaissance de Dieu, les hommes n’ont pas de vie véritable dans ce monde. C'est pour cette raison que l'apôtre peut dire de tous ceux qui étaient obligés de pécher parce qu'ils vivaient sans Dieu et sans espérance dans ce monde : « vous étiez morts » !