La vie est un miroir

Aujourd’hui, certes, nous voyons que d’une manière indirecte, comme dans un miroir. Alors, nous verrons directement. Dans le temps présent, je connais d’une manière partielle, mais alors je connaîtrai comme Dieu me connaît. (1 Corinthiens 13, 12)
Le fait que Dieu créa l'homme à son image nous enseigne que notre véritable mission est de refléter comme un miroir l'image de Dieu. Etre un miroir pour Dieu c’est véritablement être au service de Dieu. Pour cette raison un fidèle serviteur de Dieu marche dans les voies (les œuvres) que Dieu a préparé d’avance et s’applique de tout coeur à joindre à sa foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la tempérance, à la tempérance la constance, à la constance la piété, à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité. (2 Peter 1, 5-7) Pour nous permettre de refléter concrètement l'image de Dieu, l'Évangile nous offre de devenir « participants de la nature divine » et nous assure le soutien de l'Esprit de vérité pour nous guider et conduire dans toute la vérité. (Jean 16, 13)
La sagesse humaine, même la plus extraordinaire, est incapable de révéler au monde la pensée de Dieu et son véritable Amour. Car nul ne connaît ce qui concerne Dieu, sinon l’Esprit de Dieu qui sonde tout, jusqu’aux profondeurs de Dieu. (1 Corinthiens 2, 10-11) Ainsi le désir inné que nous avons de ne pas nous perdre ne vient pas de nous, il est un don de Dieu. C'est en effet par la grâce que nous sommes sauvés, moyennant la foi. (Ephésiens 2, 8) Lorsque Philippe demanda à Jésus : « Seigneur, montre nous le Père », il reçut cette réponse :
Qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire ‘Montre-nous le Père’ ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même : mais le Père demeurant en moi fait ses œuvres. Croyez-m’en ! Je suis dans le Père et le Père est en moi. Croyez du moins à cause des œuvres mêmes. (cf. Jean 14, 8-11)
C’est en exprimant les vertus de Christ dans les œuvres et actions concrètes de la vie quotidienne que nous devenons des ambassadeurs de l'Evangile, des miroirs dans lesquels Dieu reflète son image.
D'une certaine manière, nous participons tous à un processus divin d'amour et de connaissance de soi-même.
En effet le Dieu qui a dit : ‘Que des ténèbres resplendisse la lumière’, est celui qui a resplendi dans nos coeurs, pour faire briller la connaissance de la gloire de Dieu, qui est sur la face de Christ. (2 Corinthiens 4, 6)
Dieu nous exprime son être, comme pour Christ, par une lumière « directe » - sa Parole ; tandis que la vérité que le miroir de notre vie lui renvoie est une lumière « réfléchie » – la Parole faite chair, c’est-à-dire : la Parole de Dieu mise en pratique. A nous de faire ce qu’il faut pour ne renvoyer que la lumière de notre véritable communion avec Dieu.
Si nous marchons dans la lumière comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres. (1 Jean 1, 7)
Réfléchir la lumière de Dieu est véritablement être au service de Dieu. Les choix que nous faisons dans la vie ne se mesurent pas à ce que nous réalisons autour de nous, mais à ce qui se développe en nous. Nos choix ne doivent pas être motivés par le désir de changer le monde extérieur visible, mais par le désir d’être nous-mêmes transformés intérieurement. Etre transformé en l’image de Christ est la véritable réussite d'une vie de foi.
Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le vaillant ne se glorifie pas de sa richesse !  Mais qui veut se glorifier, qu'il trouve sa gloire en ceci : avoir de l'intelligence et me connaître, car je suis Yahvé qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre. Oui, c'est à cela que je me complais. (Jérémie 9, 22-23)
En toutes tes démarches, reconnais Yahvé et il aplanira tes sentiers. (Proverbes 3, 6)
Le processus divin de transformation et d’évolution des êtres et des choses n'a pas commencé par l’homme et ne se termine pas avec lui. L’Histoire du monde ne concerne que Dieu, c'est son affaire :
Je suis le premier et je suis le dernier, à part moi, il n'y a pas de dieu. Et il n'y a aucun Dieu en plus de moi. (Esaïe 44, 6)
Dieu est et reste le Sujet ; et tout est sujet de Dieu.
Nous les hommes, nous ne sommes que les moyens que Dieu utilise dans un processus qu’il a choisis pour s'exprimer et se réfléchir. Notre vie n'a finalement de signification personnelle que lorsque ce processus divin de transformation se déroule en nous ; mais c’est aussi notre plus grande et la plus belle des récompenses.
Ce processus divin de transformation est sous-entendu dans le magnifique 'Cantique des Cantiques' de Salomon. Ce cantique montre que l'amour véritable est une unité qui contient plusieurs tout en restant une. N’oublions jamais que l’Amour vrai récompense lui-même toujours par de l'amour :
Quant à nous, aimons, puisque lui nous a aimés le premier. (1 Jean 4, 19)
L'Histoire n'a pas commencé pas avec nous et ne se terminera pas avec nous. Tout est sujet de Dieu.
Sache-le donc aujourd'hui et médite-le dans ton coeur : c'est Yahvé qui est Dieu, là haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre, lui et nul autre. (Deutéronome 4, 39)
Nous savons tous par intuition que notre vie sur terre n'aurait aucun sens si elle n'avait pas une destinée qui va au-delà de notre pauvre égocentrisme. Heureusement, les Ecritures nous éloignent de nous-mêmes et nous dirigent vers Dieu pour le servir.
En ce jour là, Yahvé sera unique, et son nom unique. (Zacharie 14, 9).
Oui, en ce jour là, nous nous rendrons compte que la vie n'était pas notre histoire, mais l'histoire écrite par Dieu, concernant Dieu et pour la cause de Dieu.