Gens de la maison de Dieu

Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. (Éphésiens 2, 19-20)
Il y avait toujours beaucoup de monde à proximité du magnifique Temple de Jérusalem. Des visiteurs curieux, des juifs non pratiquants, des sympathisants de la religion juive et des adeptes d’autres religions ; des gens auxquels l’accès au Temple était interdis. Au temps de l’apôtre Paul, tous les non Juifs était considérés comme des « étrangers » et les Juifs non pratiquants comme des « gens du dehors ».
Les « étrangers » et les « gens du dehors » ne pouvaient que rêver de ce qui se trouve « dans » le temple. Ces personnes ressemblent à s’y méprendre au jeune homme riche qui observait scrupuleusement la Loi pour obtenir la vie éternelle mais qui n’était pas disposé à tout renoncer pour suivre Jésus-Christ. Il en est de même de « la maison de Dieu » de la nouvelle alliance. Beaucoup de ceux qui fréquentent les églises (qui se donnent le nom de maison de Dieu) se comportent en « étrangers » ou comme des « gens du dehors ». Au lieu d’accepter l'invitation de Christ de venir à lui pour recevoir ses instructions et trouver le repos et la paix de l’âme (Matthieu 11, 28-29), ils se contentent de pratiquer cette piété superficielle qui a la faveur des hommes.
Comme ces croyants sympathisants ne veulent pas devenir des « pierres vivantes » qui se laissent édifier sur le fondement des apôtres, ils ne peuvent pas prétendre à l’héritage des saints et concitoyens de « la maison de Dieu ». Un jour ils quitteront leurs églises, comme Agar et Ismaël leur bercail, (Galates 4, 30) en s’entendant dire ces paroles de Jésus-Christ :
Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. (Matthieu 7, 23)
« La maison de Dieu » de la nouvelle alliance est le corps de Christ : un édifice spirituel dont les membres sont des pierres vivantes qui s'adaptent parfaitement les unes aux autres. Cet édifice remplace la maison désobéissante - le Temple de pierre - de l'ancienne alliance. Comme cet édifice spirituel est inséparable de la sainteté, il faut que Jésus-Christ change l'entendement et « le cœur de pierre » de ceux qu'il entend utiliser dans la construction.
Ainsi, quiconque ne peut témoigner d'un « autrefois » sans Christ et d'un « maintenant » avec Christ, ne doit pas s’imaginer appartenir aux concitoyens des saints de la maison de Dieu. D'ailleurs, l'Esprit Saint veille mieux que la meilleure police terrestre que ni les pécheurs ni les hypocrites ni rien de souillés ou d'impurs ne pénètrent dans cette maison.
L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. (Romains 8, 16)
Sans une « lettre de recommandation » de l’Esprit Saint personne n'entre en possession de l'héritage de Dieu. C'est pourquoi, tout croyant doit s'examiner lui-même pour savoir s'il est en Christ et si Christ est en lui. (2 Corinthiens 13, 5) Et pour commencer il doit savoir que nul ne peut servir deux maîtres, vivre dans le péché et servir Christ, même si devant les hommes tout semble en ordre.
Certes, la foi en Christ ne dispense personne de mourir et de quitter cette terre… Lorsque confronté à la mort de son frère Lazare, Marthe alla au-devant Jésus, elle s’entendit dire :
Je suis la Résurrection et la vie, Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? (Jean 11, 25-26).
Dans sa sagesse, Dieu a commencé l'édification de l'Église sur le fondement les apôtres. (1 Corinthiens 12, 28) Ces premiers témoins qui avaient entendu, reçu et assimilé le message de Christ reçurent la mission d’annoncer la bonne Nouvelle de la résurrection de Jésus- Christ ; un ministère révolutionnaire que le Saint-Esprit confirmait par de puissants dons d'opérer des miracles, par des guérisons et le pardon des péchés. Les apôtres étant les premiers membres du corps de Christ constituent le fondement de l'Église. Et comme il n’y a pas d’autre fondement que celui qui a été posé (1 Corinthiens 3, 11), nous savons que tous les « apôtres » autoproclamés (qui se sont levés et se lèvent encore de nos jours) sont de faux apôtres, des imposteurs qui se trouvent « en dehors » du corps de Christ ; ce ne sont ni des saints, ni des gens de la maison de Dieu.
Voici, j'ai mis pour fondement en Sion une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix, solidement posée. (Esaïe 28, 16)
Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant, est cette pierre d'angle de l’édifice spirituel de la nouvelle Alliance : la première des pierres posées, la plus précieuse, le modèle idéal. Et c'est sur cette pierre originale que les apôtres ont aligné le fondement de ce qui sera un jour la maison de Dieu. L'apôtre Pierre en avait reçu la primeur de cette divine révélation :
Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux. (Matthieu 16, 16-17)
Cette confession de Pierre que « Jésus est le Christ » (1 Jean 5, 1) est le roc sur lequel repose l'Église de Jésus-Christ. Comme les apôtres ne mentent pas comme tous « ceux qui disent et ne font pas », nous pouvons croire leurs paroles sans courir le risque d’être déçus. Les paroles apostoliques ont aujourd'hui encore cette même puissance qui guérit tous ceux qui les reçoivent avec foi pour les transformer en des pierres vivantes qui s'intègrent dans l’Église.
La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle, et une pierre d'achoppement et un rocher de scandale. (Psaumes 118, 22).
Et pourquoi cette pierre a-t-elle été rejetée ? Et pourquoi est-elle encore rejetée de nos jours ? Parce que la pierre de l’angle est Jésus-Christ : une pierre qui achoppe parce qu’elle est sans éclat, insignifiante et méprisable aux yeux de tous ceux qui rêvent de pouvoir et de grandeur.