Foi et enlèvement

Bien éprouvée, votre foi produit la constance ; mais que la constance s'accompagne d'une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer. (Jacques 1, 3-4)
Quand manque la foi pour être parfait, irréprochable, ne laissant rien à désirer, on se contente de ce qui est imparfait: avec un peu de patience, un peu de paix, un peu de justice, etc. Ainsi, bien des chrétiens ont une même incrédulité que les cinq vierges sottes dont le comportement irréfléchi n’a rien à voir avec la vocation à devenir semblable à Jésus Christ et à être racheté comme des prémices pour Dieu et l'Agneau. Les vierges sensées, elles, ont cru en la grâce de Dieu : être parfaite, irréprochables, ne laissant rien à désirer. Par conséquent, elles remplissaient non seulement leurs lampes avec de l'huile, mais mettaient aussi de l'huile dans des fioles. Lorsque l'époux vint, elles étaient prêtes. Leur comportement exemplaire confirme les paroles de Jésus:
Tout est possible à celui qui croit. (Marcs 9, 23)
Impossible n’est utilisé dans les Écritures qu’en rapport avec l'incrédulité. Pour ceux qui croient vraiment, tout est possible... Il est possible de ne pas s’offenser, ne pas commettre adultère, ne pas voler, ne pas mentir, ne pas désirer ce qui est au prochain; il est aussi possible de toujours aimer et rester humble et honnête en toutes choses. Et parce que cela est possible, les apôtres ont encouragé les croyants à travailler pour devenir parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer.
Ce Christ, nous l'annonçons, avertissant tout homme et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de rendre tout homme parfait dans le Christ. Et c'est bien pour cette cause que je me fatigue à lutter, avec son énergie qui agit en moi avec puissance. (Colossiens 1, 28-29)
Qui est parfait en Christ le démontre par son excellente disponibilité à apprendre avec patience à pratiquer des œuvres parfaites, à se comporter avec amour, compassion et miséricorde dans la vie quotidienne, et par sa capacité à s’humilier sous la puissante main de Dieu.
Qui est parfait en Christ montre par une disponibilité exemplaire de quelle façon il apprend avec patience à faire des œuvres parfaites, à se comporter avec amour, compassion et miséricorde dans la vie quotidienne et à s’humilier sous la puissante main de Dieu.
Dans les lettres aux sept églises, nous trouvons maintes fois l'exhortation : Celui qui vaincra ! Vaincre signifie maîtriser toutes les imperfections (les œuvres du corps) et les éliminer. Mais qui vaincra ? Ceux qui ont ce même parfait entendement comme l’apôtre Paul qui dit :
Oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être, et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus. (Philippiens 3, 13-14)
Beaucoup parlent comme si nous n’avions rien à faire pour être sauvés. Les vierges folles qui ne purent entrer dans la salle des noces, le croyaient aussi. Les chrétiens nés de nouveau ont reçu part à la nature divine et à tout ce qui concerne la vie et à la piété. (2 Pierre 1, 3) Ainsi béni, il est normal qu'ils produisent aussi des œuvres parfaites: le fruit de l'Esprit.
A l'Ange de l'Église de Sardes, écris : Ainsi parle celui qui possède les sept Esprits de Dieu et les sept étoiles. Je connais ta conduite ; tu passes pour vivant, mais tu es mort. Réveille-toi, ranime ce qui te reste de vie défaillante ! Non, je n'ai pas trouvé ta vie bien pleine aux yeux de mon Dieu. (Apocalypse 3, 1-2)
Le responsable de l’église de Sarde était très actif religieusement, mais spirituellement mort, et les frères et sœurs sur le point de mourir. Incrédulité, désobéissance et orgueil régnaient dans la communauté. Il en est de même de nos jours. Beaucoup s’imaginent que Christ leur pardonnera les péchés et qu’il fera pour eux tout ce qu’ils auront négligé de faire. Cette croyance montre que le vieil homme vit encore, et qu’ils continuent à pécher.
Comprenons-le, notre vieil homme a été crucifié avec lui, pour que fût réduit à l'impuissance ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché. (Romains 6, 6)
La chrétienté ne connaît plus cette vérité. Elle n'a jamais déposé le vieil homme, continue à pécher et se meurt dans l’espoir qu’elle soit sauvée malgré tous les mensonges, injustices, cupidités, orgueil, ambitions et violences qu’elle commet. Comment un tel comportement rime avec l’enlèvement des saints parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer ? Tant que le vieil homme n’a pas été crucifié avec Christ, il continue à vivre et le croyant restera en arrière.
Mourir est une séparation, un divorce. Mourir pour un disciple commence avec le baptême de foi dans la mort du Christ. Si le baptême ne se réduit pas à un simple rite religieux, mais ce fait en esprit et en vérité, alors le vieil homme est crucifié et le baptisé se lève pour une nouvelle vie qui ne sert plus le péché. Comme le vieil homme crucifié ne peut plus que mourir, tout homme né de nouveau, peut alors témoigner :
Je suis crucifié avec le Christ ; et ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi. (Galates 2, 19-20)
Le « je » crucifié est le vieil homme ; le « je » qui vit dans la foi est l'homme né de nouveau, qui se renouvelle pour être l’image de son Créateur. (Colossiens 3, 10) Il n'y a pas de mesures spécifiques concernant la croissance et le développement mais nous savons que Christ ne cherchera qu’une vierge accomplie vivant dans la pureté et la piété. Ceux qui se contentent de chanter et prier au pied de la croix, tout en restant toujours les mêmes pécheurs, ils resteront en arrière.
Ce Christ, nous l’annonçons, avertissant tout homme et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de rendre tout homme parfait dans le Christ. (Colossiens 1, 28)
Rendre tout homme parfait dans le Christ signifie que les œuvres du corps (tout ce qui s’avère être imparfait, insuffisant, erroné) soient détruit, tuées. (cf. Hébreux 5, 14) Lire et parler de perfection ne suffisent pas à recevoir un entendement parfait ni à faire des œuvres parfaites. Nous avons besoin de la communauté des frères et sœurs pour être stimulés à combattre le bon combat de la foi, et ne pas oublier notre vocation, entretenir la nouvelle vie et renier notre propre volonté.
Ce qui importe est devenir parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer. Et cela signifie : toujours aimer. Nous avons besoin de plus en plus de lumière sur ce qui en nous est encore humain et terrestre, pour pouvoir les éliminer et ainsi devenir semblable à Jésus Christ, notre prédécesseur. A mesure que nous mourrons en crucifiés, nous recevons la force et le zèle pour surmonter les erreurs, les omissions et les insuffisances. Car,
Là où le péché s'est multiplié, la grâce a surabondé. (Romains 5, 20)
Nous croyons, c’est pourquoi nous parlons ! Et parce que nous croyons en la vérité de la Parole de Dieu, nous en parlons pour aider d'autres, lorsque cela est possible.