De notre mission

Il n’est pas d’homme assez juste sur la terre pour faire le bien sans jamais pécher. (Ecclésiaste 7, 20)
Nous péchons parce que nous sommes « sur terre ». « Hors la terre » nous pourrions être parfaits et en paix comme un naufragé sur une île déserte. Nul ne le dérange, il ne se dispute jamais et ne jalouse personne. D’aucuns cherchent dans la nature une paix intérieure et dans des religions mystiques une perfection. Sans résultat ! Car notre raison d’être est à l'opposé de la tranquillité : nous vivons au milieu de la mer orageuse de la vie avec la mission de corriger ce qui est chaotique et imparfait dans ce monde. Et pour ce faire, il faut savoir que ce ne sont pas les problèmes ni les autres qui rendent la vie difficile, mais notre entêtement envers les lois de Dieu. Qui comprend sa mission se réjouit des préceptes comme s’il possédait tous les trésors. (Psaume 119, 14) En effet, pour celui qui aime la parole de Dieu, les échecs deviennent exceptionnels et les victoires de plus en plus faciles et plaisantes.
Il n'y a pas de plus grand honneur que de servir Dieu et d'avoir pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. (Romains 6, 22) Une vie sans vocation est un ensemble d'événements qui ne mène nul part. « La vie, une mission » est la clef qui ouvre les trésors de l’Évangile et qui procure sens et joie à notre vie.
Notre vocation n'est pas de faire de l'argent, mais de diffuser l'amour, la paix, la justice, la joie et la sagesse divine en suivant les traces que Christ nous a laissées :
Lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude. (1 Pierre 2, 22).
Cette mission rend notre vie noble, significative et accomplie. Il n’y a pas d’activité plus belle que de tout faire de bon cœur, comme pour le Seigneur.
Il y a diversité de dons, mais un même Esprit ; diversité de ministères, mais le même Seigneur, diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. (1 Corinthiens 12, 4-7)
Tous les hommes ont sur terre leur mission particulière. Les uns en sont conscients, d’autres l’exercent plus ou moins inconsciemment. Si tous les hommes contribuent, d’une façon ou d’une autre, au perfectionnement de la création par leurs activités au sein de la communauté universelle, le véritable serviteur sert les desseins de Dieu en aimant ses commandements comme Christ les a aimés.
Reconnais l’Éternel dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers. (Proverbes 3, 6)
Les « voies » sont comme de grandes routes universelles sur lesquelles tous les hommes servent, d’une manière ou d’une autre, les desseins de Dieu. Ils le font, généralement en participant à des œuvres sociales, des activités éducatives, humanitaires et technologiques. Les « sentiers » sont de petits chemins qui bifurquent de la grande « voie » universelle pour nous faire découvrir notre mission particulière.
Généralement notre mission consiste simplement à vivre la parole de Dieu au sein du couple et de la famille. Quelquefois, s’y ajoute des œuvres de bienfaisance, une activité dans des dispensaires, des orphelinats etc. Des activités où nous pouvons être à l'écoute des autres, ne jamais parler mal des autres et remplir notre mission sans murmures ni hésitations, afin d'être irréprochables et purs, des enfants de Dieu irréprochables au milieu d'une génération perverse et corrompue (cf. Philippiens 2, 13-15).
Beaucoup d’impairs sont commis par ceux qui estiment avoir comme mission particulière d’annoncer la parole de Dieu. Il y a de nombreux prédicateurs si préoccupés à se faire un nom qu'ils négligent même de s’acquitter de ce divin commandement :
Honore ton père et ta mère ! (Exode 20, 12)
Souvent, l’infidélité de ces évangélisateurs est telle qu’ils se désintéressent même du devoir fondamental qui consiste à enseigner les voies de Dieu à leurs propres enfants. (cf. Deutéronome 6, 7). Quelle que soit notre mission particulière, quel que soient les dons qui sont les nôtres, n’oublions jamais que
La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde. (Jacques 1, 27)