Blogs

Jésus-Christ, le vrai fondement

De fondement, en effet, nul n'en peut poser d'autre que celui qui s'y trouve, c'est-à-dire Jésus Christ. (1
Corinthiens 3, 11)
Quand Paul vint à Corinthe pour prêcher l'Évangile, il a jugé bon de ne glorifier que « Christ le crucifié ». Son désir était d’ancrer la foi des saints dans la puissance de Dieu et de les édifier comme une communauté fondée sur le crucifié.

Le bien est à ma portée

Car je sais que nul bien n'habite en moi, je veux dire dans ma chair ; en effet, vouloir le bien est à ma portée, mais non pas l'accomplir. (Romains 7, 18)

Est-ce notre faute d’avoir une chair dans laquelle nul bien n’habite ? Bien sur que non ! Nous sommes nés de la chair et avec une chair, une nature, qui a des besoins et des désirs. La première chose que désirent les nouveau-nés c’est le lait maternel dont ils ont besoin pour vivre. Plus tard s’ajoutent d’autres désirs à ce besoin et, avec le temps, des convoitises.

Amener à l'obéissance de la foi

Par Jésus Christ nôtre Seigneur nous avons reçu la grâce et l’apostolat, pour amener en son nom à l'obéissance de la foi tous les païens, parmi lesquels vous êtes aussi. (Romains 1, 5)
Partout où l'Évangile est proclamé, il faudrait aussi amener à l'obéissance de la foi ceux qui viennent à la foi en Christ. L’obéissance est une soumission à la volonté d’un autre ; avoir foi est une adhésion confiante en la parole de Dieu. Croire en la Parole de Dieu ne signifie pas s'attendre à quelque chose d'étrange, mais faire ce que l’on a entendu ou lu. C’est pourquoi l'apôtre Jacques écrit:
Ainsi en est-il de la foi : si elle n'a pas les œuvres, elle est tout à fait morte. (Jacques 2, 17)
Syndiquer le contenu