166. Oh ! que ton joug est facile

1. Oh ! que ton joug est facile !
Oh ! combien j'aime ta loi !
Dieu saint, Dieu de l'Évangile,
Elle est toujours devant moi.
De mes pas, c'est la lumière,
C'est le repos de mon cœur
Mais pour la voir toute entière,
Ouvre mes yeux, bon Sauveur !

2. Non, ta loi n'est point pénible
Pour quiconque est né de toi.
Toute victoire est possible
A qui combat avec foi.
Seigneur, dans ta forteresse
Aucun mal ne m'atteindra.
Si je tremble en ma faiblesse,
Ta droite me soutiendra.

3. D'un triste et rude esclavage,
Affranchi par Jésus-Christ,
J'ai part à ton héritage,
Au secours de ton Esprit.
Au lieu d'un maître sévère,
Prêt à juger, à punir,
Je sers le plus tendre Père,
Toujours prêt à me bénir.

4. Dieu qui guides, qui consoles,
J'ai connu que le bonheur :
C'est de garder tes paroles,
Et je les serre en mon cœur
Je veux marcher dans ta voie
Et me plaire en tes statuts.
Si je cherche en toi ma joie,
Je ne serai pas confus.