Rendez-vous puissants

En définitive, rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l'armure de Dieu, pour pouvoir résister aux manœuvres du diable. (Éphésiens 6, 10-11)
Pourquoi cette invitation à se rendre puissant dans le Seigneur ? Parce qu’il ne sied pas aux chrétiens de vivre sans vigueur, sans cette force toute-puissante qui se trouve dans les ressources infinies de Dieu, sans cette divine puissance qui donne tout ce qui concerne la vie et la piété. (cf. 2 Pierre 1, 3) Et parce que dans la communion avec le Seigneur nous trouvons l’énergie nécessaire pour ne rien craindre des hommes que nous voyons et pouvoir résister aux ruses et aux manœuvres du diable que nous ne voyons pas.
C’est contre les puissances des ténèbres, les esprits sataniques et dominateurs que nous avons à lutter et nullement contre des personnes mortelles « de chair et de sang » qui, au contraire, ont besoin d’entendre la vérité qui est en Jésus-Christ pour que l’épée de l’Esprit - la Parole de Dieu – pénétrer dans les cœurs réceptifs ou laisse ceux qui s’endurcissent aux mains d’un plus fort qui se chargera de leur humiliation.
Satan est un comédien aux mille visages qui cherche avec une énergie inépuisable à endormir les croyants. Bien que Christ ait brisé sa puissance, il garde son pouvoir de séduction parmi ceux qui ne restent pas dans la vérité. (Jean 8, 44) Il œuvre de manière si rusée et méchante que les conséquences sont tragiques. Il n’est pas rare que des prédicateurs se dévoilent être des outils entre ses mains qui falsifient la parole de Dieu jusqu’à en aveugler de fidèles serviteurs de Dieu. Telle cette mésaventure d’un homme de Dieu chargé par l’Éternel de lancer une proclamation contre un autel érigé par le roi Jéroboam. (cf. 1 Rois 13) Après avoir fidèlement accompli sa mission, il croisa sur le chemin du retour un vieux prophète qui le séduit en disant :
Moi aussi je suis un prophète comme toi, et un ange m'a dit ceci, par ordre de Yahvé : ‘Ramène-le avec toi à la maison pour qu'il mange et qu'il boive’ ; il lui mentait. (1 Rois 13, 18)
Alors, faisant fie du commandement de Yahvé de ne rien manger ni boire, l'homme de Dieu prêta foi à ce « parler en langue », accepta l'invitation et suivit le prophète séducteur et mangea et but dans sa maison avant de reprendre son chemin. Mais voilà que sa désobéissance envers la parole de l’Éternel le fait buter sur un obstacle : un lion le trouva sur le chemin du retour et le tua... Il fut enterré loin du sépulcre de ses pères, ce qui, en son temps, était considéré comme un anathème.
Aussi sous la nouvelle Alliance il y a peu d’hommes de Dieu mais beaucoup de ces faux prophètes déguisés en ministres de Christ dont le gagne-pain est de prêcher. En proie aux manœuvres du diable ils combattent la vérité en tordant la Parole de Dieu au point de promettre aux ouailles crédules - mais souvent très généreuses - qu’elles soient sauvées tel que par Christ qui a donné sa vie pour tous les pécheurs. Pourtant Jésus a dit clairement : « sans moi, vous ne pouvez rien faire ».
Ces gens-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, qui se déguisent en apôtres du Christ. Et rien d'étonnant : Satan lui-même se déguise bien en ange de lumière. (2 Corinthiens 11, 13-14)
Les esprits du mal se reconnaissent à l’efficacité d’envoûter les auditeurs crédules à prêter foi à tout ce que les ouvriers trompeurs prêchent. Que de personnes ont été abusées lorsqu'elles entendent « parler en langues ». A l’image de cette jeune fille qu’un « frère » divorcé invite au moyen d'un « Parler en langues » à se marier avec lui. Et voilà que cette « sœur » qui depuis longtemps a rêvée d’un mariage idyllique, prête foi à cet esprit lubrique plutôt qu’à la parole de Dieu qui déconseille clairement d’épouser des divorcés. Pourtant, ce que ces ouvriers trompeurs appellent : « parler par la puissance de l'esprit », ne les empêchent nullement de quitter leurs réunions et assemblées, énervés et en colère envers ceux qui ne font pas ce qu’ils disent. (cf. Matthieu 23, 3)
Voilà comment Satan réussit par ses encouragements menteurs à séduire ceux qui ne sont pas vigilants pour les faire revenir dans son royaume des ténèbres. Nous ne pouvons éviter d’être séduits par ces esprits du mal si nous ne nous attachons pas à la parole et l’Esprit de Christ.
Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui n’amasse pas avec moi dissipe. (Matthieu 12, 30)
Notre vocation de chrétiens est de vivre en paix avec tous les hommes si possible, autant qu’il dépend de nous, d’éviter les guerres de mots, les disputes vaines et les propos pernicieux qui ne blessent point les adversaires mais font du mal à nous-mêmes. Nous ne devons nous quereller ni pour les choses terrestres ni pour les choses spirituelles. A quoi bon toutes les altercations ? N’est-ce pas suffisant que Satan et ses acolytes nous cherchent querelles en combattant la vérité ? Le diable et ses enfants savent discourir mieux que nous, ils ont l’art et la manière ; face à leurs mensonges, nos paroles fondent comme beurre au soleil.
C’est aimer l’offense qu’aimer la chicane, qui se montre orgueilleux cultive la ruine. (Proverbes 17, 19)
La tendance naturelle de l’homme à se disputer montre à elle seul pourquoi nous devons combattre les esprits du mal et non pas des personnes. N’écoutons jamais ce que ces esprits disent de crainte que leurs paroles séduisantes nous infligent des blessures difficiles à guérir. Il y a suffisamment de guerres et de querelles dans ce monde.
Une des manœuvres du diable est d’inciter les hommes à se protéger de leur propre turpitude en canalisant leur virulence vers un « bouc émissaire ». Jésus-Christ par contre invite tous les hommes à vivre selon les règles du Royaume des Cieux en renonçant à leurs droits et en abandonnant tout objet de litige aux adversaires. En pardonnant aux accusateurs qui nous soupçonnent, injurient et dénigrent sans cause, les esprits de suspicions, de médisances et de calomnies se couvrent de honte et doivent se retirer.
Qui se sent impuissant dans l’adversité doit vérifier si sa faiblesse ne provient pas d’un manque de prière : relâcher la prière rend vulnérable. C’est dans la prière que nous puisons dans la réserve de puissance de Dieu les forces pour vaincre les esprits des ténèbres qui nous assaillent. Prier sans cesse n’est pas une contrainte mais un bienfait pour l’esprit.