Les apparences de la piété

Dans les derniers jours surviendront des moments difficiles. Les hommes en effet seront égoïstes, cupides, vantards, orgueilleux, diffamateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, sacrilèges, sans cœur, sans pitié, médisants, intempérants, intraitables, ennemis du bien, délateurs, effrontés, aveuglés par l'orgueil, plus amis de la volupté que de Dieu, ayant les apparences de la piété mais reniant ce qui en est la force. Ceux-là aussi, évite-les. (2 Timothée 3, 1-5)
Parce que nous sommes très influencés par les circonstances dans lesquelles nous avons grandi, il est toujours difficile de comprendre l'époque dans laquelle nous vivons. Les croyants comprennent plus facilement que Dieu ait parlé auparavant aux pères par les prophètes, qu’il leur parle aujourd'hui à travers son Fils - Jésus Christus. (Hébreux 1, 2)
Les innombrables communautés chrétiennes, églises et sectes, dont la plupart ont une apparence de la piété, ne se diffèrent souvent que par leurs rituels et leurs confessions de foi. Ce qu'elles ont en commun est la même faiblesse des prédicateurs de faire entendre au peuple toute la Parole de Dieu, proclamer la victoire sur le péché et d'encourager les fidèles à travailler à leur salut.
S'ils avaient assisté à mon conseil, ils auraient fait entendre mes paroles à mon peuple, ils les auraient fait revenir de leur voie mauvaise et de la perversité de leurs actions ! (Jérémie 23, 22)
Les pasteurs et prédicateurs qui assistent au conseil de Dieu, ne désirent que faire entendre au peuple les paroles de Dieu pour le fait revenir de sa voie mauvaise et de la perversité de ses actions. Mais comme beaucoup n'aiment pas entendre la parole de Dieu, les orateurs racontent des histoires touchantes et enivrent les auditeurs avec des discours passionnés. Ils ne parlent plus de repentance, conversion et la nouvelle vie dans la sanctification et la piété. Ainsi, les visiteurs naïfs sont enivrés, séduite et retournent à la vie quotidienne sans avoir reçu de l'aide. Ce n'est que dans la vie quotidienne, où rien a changé, que certains se dégrisent. Le rêve d'une vie bénie de victoires s'est dissipé. Pourquoi ? Parce que les beaux discours, les jolies fables et les harangues ne sont ni la Parole de Dieu ni la saine doctrine. De ce triste état de choses, l'Apôtre met en garde:
Un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine, mais au contraire, au gré de leurs passions et l'oreille les démangeant, ils se donneront des maîtres en quantité et détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables. Pour toi, sois prudent en tout, supporte l'épreuve, fais œuvre de prédicateur de l'Évangile, acquitte-toi à la perfection de ton ministère. (2 Timothée 4, 3-5)
Les humains ont une sensibilité différente. Parfois, ils sont réceptifs à la vérité et l'aiment, parfois il y a des moments où ils préfèrent se tourner vers des prédicateurs qui racontent des fables qui chatouillent les oreilles plutôt que de prêcher la saine doctrine, l’Évangile.
Le prophète qui a eu un songe, qu'il raconte un songe ! Et celui qui tient de moi une parole, qu'il délivre fidèlement ma parole ! Qu'ont de commun la paille et le froment ? Ma parole n'est-elle pas comme un feu ? N'est-elle pas comme un marteau qui fracasse le roc ? Aussi vais-je m'en prendre aux prophètes qui se dérobent mutuellement mes paroles. Je vais m'en prendre aux prophètes qui agitent la langue pour émettre des oracles. (Jérémie 23, 28-31)
Les histoires pieuses, les fables et les rêves ne sont que paille et balle. La foi véritable est engendrée par la prédication de l’Évangile du Christ. (Romains 10, 17) Mais qui sème l’Évangile de manière à ce qu’elle prenne, comme un grain de blé, racine dans les cœurs ? La Parole de Dieu est vérité, mais elle ne sonne pas toujours agréablement. Quand les paroles de Jésus aident faire une belle pêche (Jean 21, 6) les hommes vantent son amour, mais lorsqu’elles admonestent l’incrédulité par un : « passe derrière moi, Satan ! » (Markus 8, 33) on ne comprend pas que c’est de l'amour, l'amour qui pousse vers la perfection.
Peu de prédicateurs croient et encore moins osent prêcher ces vérités terribles que Jean, le présumé l'apôtre de l'amour, mentionne dans ses lettres:
- Qui dit : « Je le connais » alors qu'il ne garde pas ses commandements est un menteur, et la vérité  n'est pas en lui. (1 Jean 2, 4)
- Celui qui prétend être dans la lumière tout en haïssant son frère est encore dans les ténèbres. (1 Jean 2, 9)
- Celui qui commet le péché est du diable.
(1 Jean 3, 8)
- Quiconque hait son frère est un homicide. (1 Jean 3, 15)
- Si quelqu'un dit : » J'aime Dieu » et qu'il déteste son frère, c'est un menteur : celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne saurait aimer le Dieu qu'il ne voit pas. (1 Jean 4, 20)
Un assez grand nombre se dit chrétien tout en vivant ouvertement dans le péché. Mais cela ne les empêche pas à se lever dans les assemblées, battre des mains, de danser et de chanter Alléluia. Cela montre combien leurs cœurs sont devenus si insensibles et durs, comme le roc, qu’il faut un marteau, le marteau de la vérité, pour les fracasser.
Ma parole n'est-elle pas comme un feu ? N'est-elle pas comme un marteau qui fracasse le roc ? (Jérémie 23, 29)
En tout cas c’est ainsi que s’exprime la Parole de Dieu. Mais qui différencie encore les serviteurs de Dieu qui cherchent à aider les hommes à sortir de leurs péchés, de ceux qui pensent que la piété est une source de gain, et qui séduisent des assemblées entières avec leurs belles paroles et discours mensongers? (1 Timothée 6, 5)
Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Sous l'ancienne alliance, il y avait aussi de vrais et faux prophètes. Mais Dieu donne la promesse de mettre fin aux agissements de ses imposteurs.
Je vais m'en prendre à ceux qui prophétisent des songes mensongers qui les racontent et égarent mon peuple par leurs mensonges et leur vantardise. Moi, je ne les ai pas envoyés, je ne leur ai pas donné d'ordres, et ils ne sont d'aucune utilité à ce peuple. (Jérémie 23, 32)

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

La fin du christianisme

- Car je n’ai pas honte de l’évangile, car il est la puissance de Dieu en salut à quiconque croit, et au Juif premièrement, et au Grec. (Romains 1,16)
- Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre.(Hébreux 13,13):
Les mots honte et opprobre sont rejetés dans bien des assemblées; on y parle du péché en évitant d’en dénoncer les pratiques - les œuvres de la chair.
Un «évangile» stérilisé lié aux plaisirs prend la place de Dieu.
La Parole trouve de moins en moins d’échos parmi ceux qui se disent chrétiens.