La journée que l’Eternel a faite

C'est ici la journée que l'Eternel a faite : qu'elle soit pour nous un sujet d'allégresse et de joie ! O Eternel accorde le salut ! O Eternel, donne la prospérité ! (Psaume 118, 24-25)
Quelle grâce de pouvoir dire c'est ici la journée, mais aussi la semaine, le mois et l'année que l'Eternel a faite. Pour parler ainsi, il faut avoir une foi vivante, une confiance absolue en la direction de Dieu et abandonner toute idée propre, toute pensée et projets personnels. Ce Psaume 118 est une aide précieuse pour ceux qui désirent qu'il en soit ainsi dans leur vie.
Louez l'Eternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours ! (Verset 1)
L’Eternel Dieu est bon, il est ainsi, il l’est éternellement ; la bonté est une partie de sa nature. Dieu est le même hier, aujourd'hui et demain. Cela n’est pas toujours facile à croire lorsqu'on est au milieu d’adversités, de tourments, de détresses, de problèmes, entouré d’obstacles et exposé à des épreuves de toutes sortes. Et cela est d’autant plus délicat lorsqu’on ne voit pas clairement que l’intention de Dieu est de rendre l’homme entièrement heureux.
Comme une telle vie n'est pas naturelle, nous avons besoin de salut et de transformation. Dans ce but, Dieu permet les circonstances (joies et épreuves) nécessaires à notre développement : Il nous donne tout ce qui contribue à la vie et à la piété. (2 Pierre 1, 3-4)
Quelle consolation que de savoir : Tout ce que Dieu donne contribue uniquement à la vie et à la piété ; ce ne sont jamais ni fatalité ni des choses qui suscitent ruine et malheur. Les épreuves, les adversités et les souffrances sont permises pour nous procurer une vie plus intense, plus abondante. Gardons cette foi précieuse lorsque tout semble sombre et proclamons avec le psalmiste :
Je ne mourrai pas, je vivrai et je raconterai les œuvres de l'Eternel ! (Verset 17)
C'est écrit au futur, le langage de la foi ! Ce sera ainsi malgré les apparences contraires ! Ne cherchons pas dans l’adversité à résoudre nous-mêmes les problèmes mais en appelons comme le Psalmiste à l’Eternel :
Du sein de la détresse j’ai invoqué l'Eternel : l'Eternel m'a exaucé, m'a mis au large. (Verset 5)
Oui, l'Eternel exauce et secourt, il nous aide dans les difficultés et nous met au large... N’est-ce pas suffisant ? Pourquoi vouloir se confier aux hommes, même s'ils sont considérés comme « grands » ? Que peuvent faire les hommes ?
Il est de la vie spirituelle comme de la vie naturelle : ce sont les expériences qui rendent sages et permettent d’obtenir des sens exercés. Les expériences, qui ne sont généralement utile qu’à soi-même, procurent la capacité à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. (Hébreux 5, 14) Les épreuves nous apprennent à nous confier entièrement en Dieu et nous le font découvrir tel qu'il est : Bon et miséricordieux. Et expérimenter la bonté de Dieu cela remplit le cœur de louange et de reconnaissance. Ainsi nous goûtons, comme l’apôtre Paul : Que toutes choses concourent au bien (et non pas au mal) de ceux qui aiment Dieu ! (Romains 8, 28) Alors, pourquoi se plaindre ? De quoi ou de qui ? Ce ne serait que tristesse et perte pour toujours !
Oh, puissions nous tous connaître davantage des plans merveilleux de Dieu, et ne jamais obscurcir ces desseins par des comportements insensés, des discussions, palabres et plaintes sans fin. Job est un magnifique exemple pour les croyants. Les épreuves que Dieu lui a fait traverser n'avaient qu'un seul but : lui donner le double de tout ce qu'il avait possédé ! Combien il avait regretté d'avoir parlé et discouru en insensé de merveilles qui le dépassaient. (Job 42, 2-6)
Aujourd'hui nous avons les Ecritures et une nuée de témoins (des temps anciens jusqu'à nos jours), qui nous aident et nous encouragent à persévérer dans la foi, à vivre par la foi, sans se retirer devant les adversités. (Hébreux 10, 38-39) Notre lutte n'est plus dirigée contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbre, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. Ce sont ces ennemis qui cherchent à nous retenir dans la servitude. A travers les désirs et les convoitises, ils cherchent à asservir notre être. C'est pourquoi la chair et l’Esprit sont toujours en opposition. Mais l’Esprit de Christ est une puissance (Actes 1, 8) qui nous permet de faire mourir les actions du corps et de vivre. (Romains 8, 13)
Nous apprenons à nous réjouir à la vue des ennemis : Car l'Eternel est notre secours… en son nom nous les taillons en pièces. (Verset 10)
Dieu continue à travailler avec ceux qui se confient en lui pour préparer la pierre de faîte de l'édifice spirituel qu’est le corps de Christ. Une pierre semblable à la pierre principale de l'angle : Jésus. C'est un prodige à nos yeux, c'est de l'Eternel que cela vient. Laissons-nous donc, comme Jésus, façonner sous la puissante main de Dieu pour pouvoir être insérés dans cet édifice.
Oui, montrons que nous sommes en accord avec Dieu en nous comportant comme ses collaborateurs dans toutes les circonstances de la vie. Utilisons le temps qui nous est donné pour que chaque jour nous disions en nous levant :
C'est ici la journée que l'Eternel a faite, qu'elle soit un sujet d'allégresse et de joie ! O Eternel accorde le salut !
Amen ! Oui, l’Eternel nous l'accorde.