Enracinés et fondés dans l'amour

Étant enracinés et fondés dans l'amour, que vous puissiez comprendre avec tous les saints, ce qu’est la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur, et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance. (Éphésiens 3, 18-19)
Comment pourrait-on comprendre quelque chose « avec tous les saints » sans être en communion avec les saints et fidèles qui suivent Christ hors du cercle restreint d’une église locale ? Comprendre avec tous les saints demande une ouverture d’esprit qui va à l’encontre de l’égocentrisme et du sectarisme religieux. Comprendre l’amour de Christ c’est comprendre Christ lui-même, c’est le mystère de Dieu manifesté dans la chair. Cela est si important que l’apôtre Paul en faisait un sujet de prière :
Que Dieu daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que soit fortifié en vous l’homme intérieur. (Éphésiens 3, 16)
Ni l’homme commun ni les sages ni les philosophes ne peuvent comprendre le mystère de l’amour de Christ sans en recevoir la révélation de l’Esprit. C’est d’ailleurs pour cela que ces gens en parlent comme des insensés en tordant le sens des Écritures. (1 Corinthiens 2, 14) La sagesse humaine discoure vainement sur les choses divines, car pour les comprendre, il faut que l’Esprit de Christ sanctifie l’homme intérieur : l’âme et l’esprit.
Les dimensions de l’amour de Christ suggèrent une comparaison avec le Tabernacle dressé par Moïse dans le désert. Ce sanctuaire, délimité en largeur, longueur et hauteur, où régnait la voix sèche, rude et sans miséricorde de la Loi, n’était que l’image terrestre du sanctuaire céleste. (Hébreux 8, 5) Il lui manquait la profondeur, la dimension céleste, située hors du temps et de l’espace, que seul l’Esprit peut rendre perceptible.
L’Esprit en effet sonde tout, jusqu’aux profondeurs de Dieu. (1 Corinthiens 2, 10)
Très tôt le message de la Bonne Nouvelle a été réduite par des infidèles prédicateurs en un plagiat de l’ancienne Alliance qui réduit l’amour de Christ à deux dimensions : le pardon et la miséricorde de Dieu. Comme leurs auditeurs n’apprennent plus qu’il faut changer de vie et naître de nouveau pour pouvoir s’enraciner dans l’amour de Christ, beaucoup se considèrent chrétiens en se contentant des règles et prescriptions de l’ancienne Alliance qui ne peuvent rendre parfait en la conscience. (Hébreux 9, 9) Ils ont l’apparence de la piété mais ignorent la hauteur et la profondeur de l’amour de Christ. Au lieu de vivre par l’Esprit et de marcher selon l’Esprit pour remporter le prix de la vocation céleste (Philippiens 2, 14) ils végètent sans bonheur et sans joie dans l’espoir de goûter au pardon et la miséricorde de Dieu. Qui sait ? La seule chose que nous pouvons affirmer c’est que :
L'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles. (1 Jean 5, 3)
La maison de Dieu de la nouvelle Alliance est un édifice spirituel bâti sur le fondement des apôtres, avec Christ comme pierre angulaire, dont les dimensions s'étendent à l’infini.... Son édification, qui est l’affaire de tous les saints, se fait sous la direction de l’Esprit Saint. Les élus y pratiquent en permanence une largeur de pardon et une longueur de miséricorde illimitée… Leur participation aux vertus de Christ : la connaissance, la tempérance, la constance, la piété, l’amour fraternel et la charité (2 Pierre 1, 5-8) en illustre la hauteur. La profondeur de l’amour de Christ est in-mesurable parce qu’elle pénètre par-delà le temps et l’espace jusque dans le lieu saint. Si d’aucuns furent ravis jusqu’au troisième ciel, au paradis, où ils entendirent des choses ineffables, d’autres gardent la foi et l’espérance :
Comme une ancre de l’âme, sûre autant que solide ; elle pénètre par-delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur. (Hébreux 6, 19)
Une chose est de croire en Jésus-Christ pour recevoir le pardon des péchés, mais une autre chose est de recevoir de lui la vie éternelle. Paul priait pour que les saints ne se contentent pas seulement d’être appelés des enfants de Dieu mais pour qu’ils reçoivent les richesses de la vie de Christ. Il souhaitait qu’ils deviennent des disciples de Christ en Esprit et en vérité. Le côté actif de l'amour de Dieu c'est son amour pour nous ; le côté passif de l'amour de Dieu c'est notre amour pour Dieu.
Juifs, Chrétiens et Musulmans se réfèrent à Abraham comme le père de leur foi - le garant de leur héritage. Mais comme l’héritage divin est réservé à ses descendants spirituel, les autres se sentent lésés et cherchent à l'obtenir par la force en éliminant physiquement les héritiers légitimes qui appartiennent à Christ et partagent ses souffrances
Voici l'héritier ; venez, tuons-le, et emparons-nous de son héritage. (Matthieu 21, 38-41)
Christ est la tête de l’Église, sa source vivante et invisible. Il se tient plus près de nous que les amis et les ennemis. Il veille sur nous et nous procure les occasions nécessaires pour produire des fruits de la justice. Car Christ n'est pas mort sur la croix pour nous dispenser de travailler à notre salut, mais pour détruire en nous les œuvres du diable. Et s'il est ressuscité pour la vie, c'est pour établir en nous son royaume de justice, de paix et de joie.
De même que les ténèbres demeuraient en nous lorsque nous étions encore des pécheurs, de même Christ demeure en nous maintenant de la même manière qu’il demeure auprès de son Père céleste. Son Esprit nous conduit sur la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous. C’est pourquoi, après avoir goûté à la grâce et à l'amour de Christ, il ne nous sied plus d'être faibles pour faire le bien. Une telle faiblesse prouverait que nous ne sommes plus enracinés dans l'amour. Et si nous perdons l'amour et la joie à cause de quelques souffrances et tribulations, nous n'hériterons pas avec les saints.
Le fondement que les apôtres ont posé, ce sont la repentance, la foi et le baptême. Se repentir en creusant avec contrition profondément dans le passé et confesser ses péchés est nécessaire pour retrouver une bonne conscience. En mettant tout en lumière et en réparant ce qui est réparable nous touchons au roc, ce roc qui est Christ. (Luc 6, 48) La foi peut alors prendre le relais de la repentance avec notre témoignage, auquel est associé la promesse :
Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Romains 10, 9)
Le baptême en la mort de Christ transporte les croyants du royaume des ténèbres dans l'admirable lumière de Dieu et les affranchit du pouvoir du péché ; l’amour de Dieu se répand dans leur cœur, ils reçoivent l'entendement et les pensées de Christ, et leur esprit est intégré dans le corps de Christ - le tabernacle de la nouvelle Alliance.
En débutant dans cette vie nouvelle, les croyants sont comme de petits enfants qui ne comprennent que peu de choses, mais ils savent au moins que Jésus Christ n'est pas seulement mort à cause du péché, mais qu'il est ressuscité pour leur justification et leur sanctification afin que la volonté de Dieu se fasse sur terre ne seulement « par » eux, mais aussi « en » eux de sorte à être remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.