De l’unité

Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu'eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé. (Jean 17, 21)
On parle très souvent dans le monde religieux de l'unité des chrétiens et beaucoup d’efforts son faits pour la susciter. On organise des conférences œcuméniques, des réunions d'alliance, des réunions de prière en commun, etc. Mais la plupart des chrétiens sont comme aveugles et ne se rendent pas compte que tous ces efforts sont vains. Et pourquoi ?
Parce qu’on ne peut pas créer l'unité tout en vivant dans les disputes, les divisions, les sectes et autres partis religieux. Toutes ces choses appartiennent aux œuvres de la chair qui empêchent ceux qui les commettent d’hériter le royaume de Dieu. (Galates 5, 19-21) Nous sommes appelés à nous dépouiller des œuvres de la chair, à les faire mourir et non pas à les apprivoiser !
L'unité véritable est le résultat d'une vie divine, d'une vie où l'on fait la volonté de Dieu. Voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté, dit Christ en entrant dans le monde. (Hébreux 10, 7) Celui qui fait la volonté d'un autre, s'identifie à lui, il est « un » avec lui. Christ a fait la volonté de son Père si parfaitement que l'on a pu voir en lui Dieu le Père ! (Jean 14, 9) Bien qu’il ait participé au sang et à la chair, Jésus-Christ était parfaitement « un » avec son Père. Nous aussi, nous pouvons être « un » les uns avec les autres - comme Christ et le Père sont un - en renonçant aux désirs de la chair, à nos opinions et notre propre volonté pour faire la volonté de Dieu.
L'unité produit du fruit ; elle a pour résultat le fruit de l’Esprit. Les disciples et les apôtres étaient le fruit de l'unité de Christ avec son Père. Dieu avait ajouté les disciples à leur unité : Ceux que tu m'as donnés..., confirme Jésus. (Jean 17, 11) Jésus-Christ ne faisait pas de propagandes ni de « campagnes d'évangélisation ». Non ! Il vivait simplement selon la volonté de son Père : il était « un » avec lui ! C'est pourquoi il lui suffisait de dire à ceux qu’il côtoyait : Suivez-moi ! Et plusieurs, en l’entendant, laissèrent leurs filets, leurs barques, leurs occupations et le suivirent... (Matthieu 4, 17-22) Quelle différence avec les techniques de persuasion que les prédicateurs utilisent de nos jours !
Christ lui-même conduit ceux qui sont « un » avec lui de manière à ce qu’ils rencontrent des âmes sur leur chemin à qui ils peuvent dire comme leur maître : Suivez-moi !
L'unité des apôtres avait pour résultat que Dieu ajouta à l’Église ceux qui se laissaient sauver. (Actes 2, 42-47) Beaucoup de croyants qui ne connaissent que des disputes, des divisions et des querelles dans leurs églises et assemblées religieuses, aspirent à autre chose : justice, paix et joie. Ceux d’entre eux qui ont suffisamment faim et soif pour se laisser sauver, Dieu les ajoutera à cette « unité » qu’est le corps de Christ : l’Église. Nonobstant l’opprobre qu’ils subissent, ils saisissent alors l'occasion pour quitter le camp des partis religieux avec leurs disputes pour aller à lui, Christ.
C’est pourquoi Jésus aussi, pour sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte. Par conséquent, pour aller à lui sortons en dehors du camp, en portant son opprobre. (Hébreux 13, 13)
C’est en dehors du « camp » des religions que brille la lumière de Jésus- Christ ! Et si nous marchons dans sa lumière nous sommes aussi mutuellement en communion ! (1 Jean 1, 7) Dès lors que nous vivons mutuellement en communion et que nous sommes « unis », Dieu ne pourra qu’ajouter d'autres âmes à cette unité !
Puisse Dieu ouvrir les yeux de beaucoup de croyants pour qu'ils réalisent qu’il ne s’agit pas à « créer » l'unité mais de la vivre en marchant simplement et quotidiennement dans la lumière de Jésus-Christ !
En sortant en dehors du camp des systèmes religieux pour aller à lui en portant son opprobre que nous sommes unis à Christ et restons mutuellement en communion avec les autres membres de son corps.